Templates by BIGtheme NET

Mot du Président

Le CNES vient de procéder à la rénovation de son site Web avec l’ambition de le constituer, petit à petit, en plateforme de communication institutionnelle de premier ordre, non seulement, pour se conformer aux normes génériques convenues en la matière, mais aussi, et plus

spécifiquement, pour répondre aux exigences attachées à l’exercice de son mandat, exigences qui lui fait un devoir singulier de proximité avec les immenses attentes de toutes les parties prenantes de la société.

Dans cette optique, le nouveau site du CNES n’aura de cesse que tendre à présenter un panorama complet de ses activités et de ses publications. Au demeurant, le mode inter actif proposé est de nature à permettre un développement des échanges, ouvrant sur la possibilité de recueillir les opinions du plus large public sur un mode de complète ergonomie.

L’inauguration de ce nouveau site nous est assurément prétexte à jeter un regard furtivement rétrospectif pour évaluer un tant soit peu le chemin parcouru et mieux mesurer l’importance des défis qui restent à relever. Si le nombre de dossiers produits à ce jour peut paraître raisonnable, l’intérêt d’un tel regard réside surtout dans l’appréciation que l’on peut avoir de l’ancrage duCNES au sein du paysage institutionnel national et de la société.

Le CNES est bien, en effet, cette institution à caractère consultatif dont le rôle est d’assurer la permanence du dialogue social et de la concertation et d’éclairer la conduite des politiques publiques. Les avis et recommandations qu’il peut formuler tiennent leur fondement des saisines émanant des autorités ou des auto saisines émanant de ses instances de représentation. Par l’audience qu’il a acquise, par l’intérêt grandissant qu’il suscite auprès de l’opinion publique et par la crédibilité qui lui est reconnue en raison de son objectivité et de son sens critique, leCNES entend perpétuer et renforcer son statut d’espace princeps dans l’arc institutionnel de la République.

Renforcer la démocratie participative, s’impliquer plus intensément dans les processus complexes de renforcement du développement durable et d’amélioration des systèmes de gouvernance, sont un redoutable privilège que notre institution entend assumer dans le respect scrupuleux des normes qui sont au fondement de son éthique, faite de conviction et deresponsabilité. L’expertise conjuguée aux avis d’une société civile organisée largement inclusive, et donc représentative, sur des questions stratégiques et sensibles sont, indubitablement d’un apport incoercible pour qui veut forger le consensus social et national autour de l’immense chantier de construction de l’Algérie de demain.

A l’interne, le rôle de notre Conseil doit être de plus en plus prépondérant comme  partenaire actif des pouvoirs publics, assumant pleinement son mandat à la fois de laboratoire/observatoire des processus socio-économiques et de carrefour d’échanges, se donnant délibérément pour visée l’accélération des effets catalyse autour des dynamiques sociales en cours et des mutations systémiques à parachever.

A l’international, le CNES entend accentuer ses efforts pour creuser davantage les sillons d’une diplomatie spécifique, solidaire des choix politiques fondamentaux portés par les pays du Sud. Il le fait en accompagnant et en renforçant l’armature des alliances stratégiques que noue notre pays dans la posture qui lui est coutumière en tant que trait d’union entre le Nord et le Sud, partant du socle indépassable d’une coopération régionale dense, tout à la fois dans l’aire maghrébine et arabe, dans l’aire continentale africaine, et à l’échelle intercontinentale dans l’espace  euro-méditerranéen, puis euro-africain. Cette implication dans l’international est de plus en plus marquante. Elle signe indubitablement l’ancrage durable du CNES au sein de ses espaces de prédilection, espaces qui le portent, comme de juste, à côtoyer les cimes élevées des meilleurs pôles d’excellence.

Cette ouverture sur l’international prend racine dans la conviction affirmée d’avoir à requalifier nos systèmes de gouvernance dans un « creuset balancier », agrégeant le moment primordial de l’endogénéisation/appropriation avec le moment, non moins nécessaire, de la jonction avec les normes universelles  et les standards internationaux usuels et convenus. Le caractère stratégique de cet objectif a conduit le CNES à mettre en place un programme ambitieux de coopération tant avec les équipes princeps  et les réseaux prestigieux de l’Institut de la Banque Mondiale, qu’avec les agences exécutives et institutions relevant de la constellation onusienne, aux fins d’acclimatation des protocoles, dispositifs et procédures propres à lui permettre de construire des systèmes congruents d’évaluation des politiques publiques couvrant, à l’initial, cinq thématiques transversales   majeures que sont le développement humain, la pauvreté, les libertés économiques, la gouvernance et l’économie fondée sur la connaissance.

C’est à ces divers titres, d’ailleurs, que notre institution a servi de point d’appui stratégique aux travaux conduits par laCommission nationale sur la Gouvernance, dans le cadre duMécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs. La création prochaine à Alger, dans le cadre de l’Université des Nations Unies,  d’un Institut du développement durable et d’un Observatoire des OMD, tous deux dédiés à l’Afrique, est aussi fortement symbolique de la reconnaissance internationale du rôle de leadership du CNES dans le domaine du dialogue social au niveau continental et ce, en lien étroit avec les plus nobles accomplissements recherchés par la communauté internationale dans son entièreté, notamment au travers de la Déclaration du Millénium.

Aujourd’hui, nous nous employons à consolider ces missions dans un esprit d’indépendance, comme à développer une capacité et une culture d’écoute dont  l’intérêt n’est plus à démontrer.

ăn dặm kiểu NhậtResponsive WordPress Themenhà cấp 4 nông thônthời trang trẻ emgiày cao gótshop giày nữdownload wordpress pluginsmẫu biệt thự đẹpepichouseáo sơ mi nữhouse beautiful